Twitter : Elon Musk sème le doute sur son rachat du réseau social

Photo de Elon Musk devant le logo Twitter


Le patron de Tesla, Elon Musk a indiqué ce vendredi suspendre le rachat de Twitter dans l’attente de détails sur la proportion de faux comptes sur le réseau social. Il affirme toutefois être « toujours engagé » à racheter le réseau social. L’action du groupe, cotée au New York Stock Exchange, plongeait d’environ 15 % après cette annonce dans les échanges électroniques précédant l’ouverture de Wall Street. Il avait dégringolé de 25 % plus tôt dans la journée.


Un contrat à 44 milliards de dollars

« L’acquisition de Twitter est suspendue de manière temporaire dans l’attente de détails sur le fait que les spams et les faux comptes représentent bien moins de 5 % du nombre d’utilisateurs », a écrit Elon Musk sur la plateforme, où il compte près de 93 millions d’abonnés. Contacté par l’AFP, Twitter n’a pas réagi dans l’immédiat. Il a ensuite réitéré son engagement à acquérir le réseau social, mais le marché s’interrogeait sur ses intentions réelles. Le conseil d’administration du aux gazouillis a accepté fin avril une offre de rachat de 44 milliards de dollars formulée par le fantasque dirigeant d’origine sud-africaine. Elon Musk a promis de débarrasser Twitter des spams, d’authentifier les utilisateurs et sans préciser comment il comptait mettre en œuvre ce projet.

L’entreprise a indiqué début mai, lors de la présentation de ses résultats trimestriels, compter, en moyenne de janvier à mars, 229 millions d’utilisateurs quotidiens dit monétisables, c’est-à-dire exposés à de la publicité. Elle avait estimé à cette occasion que moins de 5 % d’entre eux étaient des spams ou des faux comptes.


Un « indicateur clef »

La proportion de faux comptes est « un indicateur clef » pour Twitter, explique Susannah Streeter, analyste marchés pour Hargreaves Lansdown, car « le calcul du nombre précis de personnes qui tweetent réellement est considéré comme crucial pour les flux futurs de revenus via la publicité ou les abonnements payants sur le site. En plus de sa volonté de combattre les spams, Elon Musk a affirmé vouloir faire de Twitter un bastion de la liberté d’expression et s’est dit prêt à réintégrer l’ancien président américain Donald Trump dont le compte a été suspendu définitivement après l’attaque du Capitole en janvier 2021.